Par delà les montagnes hallucinées #4

Compte rendu de la quatrième partie de la campagne Par delà les montagnes hallucinées, pour l’Appel de Chtulhu. 

La partie s’est jouée le 06/08/2015. Ce jour là, se trouvaient à table : David (John Hammond),  Frédéric (Pr. Andrews) et Ludovic (William Knock).

New-York

Jeudi 7 septembre :
Un nouveau capitaine pour la SS Gabrielle

Gunnar Sorensen
[Guide Polaire]

L’équipe de l’expédition Starkweather & Moore, se réveille donc le 7 septembre avec un sacré mal de crâne, entre des préparatifs toujours compliqués, une rivalité malvenue et la mort suspecte de leur capitaine. Knock, Hammond et le Pr. Andrews se lèvent donc avec l’idée de discuter un peu avec Starkweather, Moore ou les deux, de ce climat particulier.

Nils Sorensen
[Guide polaire]

Pour l’heure, c’est avec les guides de l’expédition : Peter Sykes et les frères : Gunnar et Nils Sorensen, qu’ils partagent leur petit déjeuner. L’occasion pour eux de se conforter dans l’idée que Starkweather n’est pas un lapin de trois semaines et que son expérience parle en sa faveur. Aucun des trois membre de l’équipe de guides n’a jamais était membre d’une expédition menée par Starkweather ou Moore, mais ils semblent avoir entendu parler des expéditions africaines de Starkweather, ainsi que de la récente expédition Costaricaine de 1933 où pour la première fois les deux organisateurs ont été réunis. Les questions angoissées de Knock et Andrews sur les problèmes d’approvisionnement de l’expédition, ainsi que les erreurs diverses qui ont ponctué les derniers jours de préparatifs, trouvent réponse chez Sykes qui rappelle qu’aucune expédition ne se déroule sans qu’il y ait un contretemps. Rien ne semble ébranler leur sérénité, si tant est que l’on puisse parler de sérénité chez Nils Sorensen, persuadé que tant de scientifiques sur une expédition si périlleuse est probablement l’élément le plus incertain de l’affaire.

L’occasion faisant le larron, Peter Sykes en profite pour annoncer à chacun que leur équipement a été livré et qu’il faudra qu’ils passent pour les essayages en début d’après midi.

La conversation bat son plein lorsque arrive William Moore afin d’organiser cette journée de préparatifs et d’annoncer qu’un nouveau capitaine a été trouvé en la personne d’Henry Vredenburgh, secondé par Paul Turlow. Les deux ont déjà eu l’occasion de naviguer sur les mers polaires et sont habitués des longs trajets. D’autre part Moore et Starkweather invitent fortement les membres de l’expédition qui le pourront, à faire acte de présence lors de l’enterrement du capitaine Douglas.

Le livre de Pym et les mémoires de Starkweather

Durant les heures qui le séparent de la séance d’essayage, le professeur Andrews cherche à en savoir plus sur les différents éléments étranges dont Douglas faisait mention dans sa lettre en parlant des discussions qu’il avait eu avec son étrange voisin de chambre.

La bibliothèque municipale ainsi que les ressources universitaires dont il dispose à New-York révèlent que les différentes mentions sont toutes reliées à un livre d’Edgar Allan Poe, intitulé Les Aventures d’Arthur Gordon Pym et publié en 1838. C’est dans ce livre que l’on retrouve pêle-mêle : Tsalal, les sauvages aux dents noires et bien sur Pym, le héros de l’aventure. Autant de termes que Knock avait trouvé dans la lettre glissée mystérieusement sous sa porte quelques jours plus tôt. Ce dernier embarque dans un navire et sera confronté à nombre de péripéties qui le mèneront jusque dans le grand sud et  notamment sur l’île de Tsalal, peuplée de sauvages aux dents noires.

Knock de son côté est allé s’approvisionner chez le libraire afin d’acquérir le best-seller de Starkweather : “La Mort en Afrique” publié en 1930. Ce récit reprend les principaux événements survenus lors de l’expédition africaine qu’il mena pour Acacia Lexington à  la demande de son père Percival, dont le sauvetage de la jeune héritière lors du périlleux retour depuis les plateaux Kenyans.

Les essayages

En début d’après-midi, le groupe a rendez-vous sur le S.S. Gabrielle afin de procéder aux essayages des tenues d’expédition. Sykes en profite pour rappeler les règles élémentaires ainsi que l’utilité de chaque pièce, expliquant qu’une fois sur place il ne pourrait pas veiller sur chaque membre de l’équipe. Chacun se retrouve donc avec le matériel vestimentaire nécessaire à l’expédition le tout en suffisamment d’exemplaires pour palier à de longues périodes d’exploration.

Une virée au Purple Cup

Plus tôt dans la matinée, Knock a mené l’enquête autour des membres d’équipage afin d’en sa voir plus sur les sous-entendus de J-P. Douglas concernant des recrues provenant de l’expédition Miskatonic et présentes sur Le SS Gabrielle. Il ne trouve malheureusement pas la liste des matelots de la première expédition et ne peut donc pas mener à bien son investigation, cependant le registre du SS Gabriel, disponible dans le mess révèle la présence de trois marins : Wykes Grimes et Brewer, dont le nom a été barré. Quelques questions au second Turlow lui permettent de comprendre qu’il s’agit de déserteurs, non présents depuis le matin du 6 septembre.

Le Purple Cup

Le soir venu, après la séance d’essayage, Knock, Hammond et Andrews décident alors de continuer à suivre la piste de ces trois noms et s’informent sur le Purple Cup qui s’avère être un bar à marin situé au sud de Manhattan dans un endroit mal famé. Là bas ils ne trouvent qu’un tripot où les marins de passages éclusent plus ou moins joyeusement. De toute évidence les trois  amis ont un peu de mal à trouver leur place au milieux de ces baroudeurs, même si Hammond parvient à détendre un peu l’atmosphère en apportant un peu de sa légitimité. Les questions sur Douglas et les marins ne trouvent cependant pas vraiment de réponse auprès du tenancier, mais un jeune marin nain, Orry Whiton, les renseigne sur la présence de Douglas dans le bar ainsi que sur sa rencontre avec trois marins qui semblaient avoir participé à une expédition dans le grand sud. Il se rappelle aussi clairement avoir entendu les noms de Starkweather et de Lexington lors de la conversation…

L’enterrement du capitaine

Le matin du 8 septembre est le jour de l’enterrement du capitaine Douglas. Pour l’occasion une partie de l’expédition Starkweather & Moore a fait le déplacement, et notamment les deux organisateurs. Mis à part cela, peu d’autres proches ont fait le déplacement, si ce n’est un homme moustachu d’une cinquantaine d’années qui s’avère être le frère du défunt Philipp Douglas, un agriculteur aux airs simples et plutôt affable si on le juge d’après les circonstances, un grand homme à veston noir qui s’avère être Mr. Brackman, notaire de son état, ainsi que trois individus ayant l’air de marins et qui sont effectivement d’anciens membres de l’équipage du capitaine Douglas. Deux autres sont là comme observateurs, l’inspecteur Hansen et le journaliste du Pillar Riposte, Gary Hawkes.

Knock tente après la cérémonie de prendre contact avec Philippe Douglas, et d’en savoir plus sur les liens qui l’unissait à son frère. De toute évidence les deux hommes étaient proches et entretenaient une correspondance assez riche, mais n’ont jamais navigué ensemble. Il ne sait pas grand chose des circonstances de la mort de son frère.

De son côté le Pr. Andrew se rapproche du journaliste et essaye d’en savoir plus sur les fuites d’informations qui ont, notamment, amené la mort du capitaine. Le journaliste reste pro jusqu’au bout et andrew ne parvient pas à en savoir plus.

Quant aux marins, ils n’ont pas fait partie de l’Expédition Miskatonic et ne savent pas grand chose des circonstances de la mort du capitaine.

Préparation au départ

Finalement, exhortés par Starkweather, et alors que les derniers préparatifs sont en cours et que le chargement de la Gabrielle est presque achevé, la majeure partie de l’équipage rejoint les couchettes pour un départ à l’aube.

Mais sur les coups de 22h00, la cloche retentit sur le pont, signal d’un départ d’incendie…

Laisser un commentaire